Vins bio de variétés résistantes : analyse du microbiote des baies et de sa capacité à conduire des fermentations spontanées en bio et zéro phyto - MICROVARIOR

MICROVARIOR - Projet exploratoire (2020 - 2022)

Vins bio de variétés résistantes : analyse du microbiote des baies et de sa capacité à conduire des fermentations spontanées en bio et zéro phyto - MICROVARIOR

La production de vins bio français s’est considérablement accrue ces dix dernières années mais l’engouement des producteurs se heurte à de nombreuses contraintes et à un risque plus important de perte de récoltes dû aux maladies cryptogamiques. L’utilisation de variétés résistantes s’offre comme une solution dans le contexte des pratiques bio guidées par la limitation des intrants, tant à la vigne qu’au chai.

OBJECTIFS ET ENJEUX

L’utilisation de variétés résistantes est une alternative d’actualité dans le contexte des pratiques bio guidées par la limitation des intrants, tant à la vigne qu’au chai.

Le recours aux fermentations spontanées est fréquent en vinification bio, mais leur réussite est en partie dépendante de la présence d’espèces fermentaires sur les baies de raisin à maturité.

Aucune donnée n’étant connue sur le microbiote associé aux variétés résistantes, sa composition en fonction des variétés (Artaban, Floréal, G5 et G14 résistantes versus conventionnelles) et des modes de conduites en bio, bas intrants ou zéro phyto a été étudiée dans ce projet.

REALISATIONS

Trois domaines expérimentaux ou dispositifs INRAE et un domaine privé ont été choisis dans trois régions viticoles afin d’évaluer également l’impact des facteurs régionaux agissant sur la pression des maladies.

Les analyses de microbiote des baies de raisin ont révélé un fort effet régional et un effet millésime sur l’ensemble des variétés. Un effet variétés résistantes versus conventionnelles a également été observé.

Photo vignoble avec des raisins

En revanche, les modes de conduite n’ont pas généré de différence majeure entre les microbiotes des baies, alors qu’au niveau des micro-fermentations, la cinétique fermentaire était différente. Par ailleurs, l’utilisation de petits volumes fermentaires (1 L) s’est avérée peu adaptée aux fermentations spontanées en conditions contrôlées.

Enfin, l’analyse des composés aromatiques fermentaires et l’analyse sensorielle des vins issus de la fermentation à une échelle pilote ont montré qu’il n’y avait aucun impact du mode de conduite (bio ou zéro phyto) sur la qualité finale des vins.

Ce projet exploratoire ouvre la voie à une analyse du microbiote des variétés résistantes à plus grande échelle. D’autres dispositifs viticoles devront être investis et d’autres paramètres tels que la maturité des baies ou l’environnement agro-écologique des parcelles devront être pris en compte afin de hiérarchiser les fac-teurs structurants de la variation du microbiote de la baie. Par ailleurs, afin d’expliquer l’effet variété observé, une piste serait d’étudier la variation de composition des pellicules des baies.

Participants

Unités INRAE

  • MAIAGE, Jouy-enJosas
  • Oenologie, Bordeaux
  • Pech Rouge, Gruissan
  • SAVE, Bordeaux
  • SPO, Montpellier
  • UEAV, Colmar
  • Vigne, Bordeaux

Partenaires

  • Domaine viticole du Château Coupe-Roses
  • IFV

 

Date de modification : 18 décembre 2023 | Date de création : 09 juin 2021 | Rédaction : Com