METABIO
Consortia

Consortia

Les projets de type consortia visent à susciter, soutenir et accompagner des communautés scientifiques interdisciplinaires en lien avec des acteurs apportant un éclairage à la problématique. Ils ne font pas l'objet d'appels spécifiques et peuvent être accordés tout au long de l'année.

Dans ce dossier

Le projet CoCultures a pour objectif de mettre en place un réseau interprofessionnel et interdisciplinaire ayant pour vocation de décrire, comprendre et transformer les pratiques agroécologiques, avec un focus sur les Associations de Plantes Potagères (APP).
photo mouton
La gestion de la santé des productions et des sols est une question centrale pour le changement d’échelle de l’AB. L’originalité du consortium est le rapprochement inédit de communautés disciplinaires travaillant sur la gestion intégrée de la santé végétale et animale pour explorer les interfaces entre ces deux règnes, ainsi que le lien à la santé du sol, et favoriser l’émergence de fronts de sciences.
Quatre photos d'exploitations agricoles
La gestion des nutriments est un élément central dans le changement d’échelle de l’AB, car leur disponibilité s’avère limitante pour la production agricole. L’expansion de l’AB doit donc s’accompagner de modifications pour mieux gérer ces nutriments. Les effluents et déchets organiques sont au cœur de plusieurs leviers majeurs visant à optimiser la circularité de ces nutriments.
réunion chercheurs et agriculteurs dans un champ
L’hypothèse d’un développement massif de l’AB renouvelle les enjeux concernant les variétés, semences et plants et questionne les recherches pluridisciplinaires et participatives sur de nouveaux fronts de science.
Paysage d'italie
Les effets de l’agriculture biologique (AB) sur la biodiversité et les fonctions qu'elle supporte restent mal connus. Il existe une forte variabilité des performances écologiques, agronomiques et économiques de l’AB et peu d’études ont quantifié les synergies et les antagonismes entre ces performances. Ce consortium cherchait à éprouver, sur des données collectées à l’échelle nationale, un cadre d’analyse des effets d’une expansion spatiale de l’AB sur différentes composantes de la biodiversité et des services rendus pour évaluer les relations entre performances écologiques, économiques et agronomiques de l’AB.
Origami
Alors que la demande de produits bio s'accroit, la production porcine européenne sous cahier des charges AB se développe peu comparativement à d'autres filières animales ou végétales. Le consortia explore l’hypothèse selon laquelle l’élevage de porc pourrait contribuer au développement de l’agriculture biologique, en favorisant l’optimisation des processus et le bouclage des cycles à différents niveaux d’organisation, de l’animal au territoire. Par exemple, le porc, en tant qu'omnivore, est capable de valoriser des co-produits qui ne peuvent pas l'être par d'autres usages et ses rejets ont des qualités fertilisantes intéressantes pour les sols et les productions végétales. Les freins au développement de l’élevage porcin sont bien identifiés. Par contre, l’articulation entre les niveaux d’organisation nécessite d'être approfondie.
Photo plante
L’expansion de l’agriculture biologique (AB) est susceptible d’être confrontée à un manque important de ressources azotées fertilisantes des cultures. Une augmentation des surfaces en légumineuses pourrait fournir cet azote manquant. Cependant, un développement des cultures légumineuses n’est envisageable que si celles-ci peuvent trouver des débouchés sur les marchés.

Date de modification : 17 juillet 2023 | Date de création : 08 avril 2021 | Rédaction : Com